Nouvelles
du hockey

Red Lions|03.12.2018

Coupe du Monde 2018 – Les Red Lions ont montré deux visages dans ce match

Ce dimanche soir, les Red Lions (FIH 3) jouaient leur deuxième match de la Coupe du monde à Bhubaneswar. Ce match était attendu car il nous opposait au pays hôte, l’Inde (FIH 5), avec pour objectif le gain de la première place du groupe C, permettant un accès direct aux quarts de finale. Le stade de Kalinga affichait complet. 15 000 supporters indiens fanatiques et bruyants s’étaient donné rendez-vous pour assister à un match à deux visages.

Au cours du premier et d’une grande partie du deuxième quart-temps, les Belges ont été les seigneurs et les maîtres du jeu. Au bout de deux minutes déjà, les Belges obtinrent leurs premier et deuxième PC, mais tous deux ont été arrêtés par la défense indienne. Mais à la 8ème minute, les Lions ont habilement exercé leur droit à l’arbitrage vidéo, leur donnant un troisième penalty. Alexander Hendrickx a fait ce qu’on attend de lui et a placé la balle entre les jambes du gardien Sreejesh : 0-1 pour les Belges dans un stade réduit au silence de mort. Quelques minutes plus tard, Cédric Charlier manquait une grosse occasion de peu.

Au deuxième quart, nous en avons obtenu davantage, même si nous avons vu l’Inde gagner progressivement en confiance. Ils ont d’ailleurs effectué leur premier tir au but, de Lalit, qui n’est pas passé loin. Alors que du côté belge, Sébastien Dockier  a tiré la premier sur le gardien de but indien, avant que Tom Boon via une belle passe de Victor Wegnez au centre, ne dévia la balle directement sur le poteau. Pas de chance pour les Belges ! A la pause, le score était encore de 0-1, malgré de nombreuses occasions pour les Red Lions, avec un jeu dominant.

Après la pause, les rôles ont été inversés. C’est maintenant l’Inde qui domine et met l’équipe belge sous pression. Il a fallu un très grand Vincent Vanasch, avec deux arrêts de classe mondiale l’un après l’autre, pour conserver l’avantage. La pression indienne était de plus en plus forte. A la 39ème minute, il était temps : l’Harmanpreet indien ramenait les deux équipes à égalité grâce à un stroke, après qu’Arthur De Sloover a arrêté le ballon sur la ligne avec le pied, sur le troisième PC de l’Inde (1-1). Le public bruyant, agité par le speaker du stade, avait la rage. L’Inde avait un douzième homme fort et se sentait pousser des ailes. Les Red Lions furent poussés dans leurs retranchements.

Deux minutes plus tard, au quatrième quart du match, le stade explosa quasi littéralement, lorsque le jeune Simranjeet inscrit son troisième but de la compétition (pour faire 2-1 dans ce match). Un peu moins de cinq minutes avant la fin, l’entraîneur Shane McLeod fit sortir son gardien de but, en faveur d’un joueur de champ supplémentaire. Cela semblait efficace puisque peu de temps après, grâce à une attaque vivace, la balle se retrouvait chez Simon Gougnard, qui trompait le gardien Sreejesh d’une belle frappe égalisatrice. Les Belges ont ensuite mis tous leurs efforts dans les quatre dernières minutes, continuant à jouer sans gardien de but, dans l’espoir d’arracher la victoire qui leur manquait cruellement. Ce ne fut pas suffisant, le match s’est terminé par un nul 2-2.

Après deux matchs, les deux équipes possèdent le même nombre de points (4), avec un avantage pour l’Inde à la différence de buts (+5, contre +2 pour les Belges). Les Red Lions peuvent encore prendre la première place de la poule, mais ils devront assurer la victoire et le score contre l’Afrique du Sud samedi prochain et espérer une moindre performance de l’Inde contre le Canada.

BHUBANESWAR, INDIA – DECEMBER 2 : Stockbroekx Manu defender of Belgium, injured, living the pitch helped by Rysman Julien kine of Belgium pictured during the FIH Hockey Men’s World Cup 2018 match between Belgium and India on December 02, 2018 in Bhubaneswar, India, 2/12/2018 ( Photo by Phdph / Photonews

Plus tard dans la soirée, de mauvaises nouvelles sont venues du camp belge. Manu Stockbroekx qui a dû quitter le terrain à la 52ème minute sur une blessure à l’ischio-jambier droit, devra effectuer une imagerie médicale mercredi afin de permettre un diagnostic plus précis, mais il y a de fortes chances pour que la Coupe du Monde de l’Anversois se termine ici.

Afin de ne prendre aucun risque, le staff belge a décidé de faire venir Antoine Kina, resté en stand-by en Belgique, au cas où “Stockie” ne pourrait plus jouer. Nous ne lui souhaitons évidemment pas ! Bon rétablissement Manu!

Regardez ici les photos du match!